Analyses comparatives...

En écologie, les sujets sont complexes. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise solution. Il n'y a que des compromis imparfaits pour obtenir le meilleur équilibre (ou le moins mauvais déséquilibre) entre nos objectifs de performance technologique pour rendre nos vies plus agréables et la protection de la nature. Tout est par ailleurs une question de contexte; la vérité à un instant "t" dans un lieu déterminé n'est pas nécessairement la même que celle à un autre instant dans un autre lieu. Il est donc nécessaire d'établir des comparaisons entre les différentes solutions et de choisir le meilleur équilibre, au cas par cas. Par ailleurs, il est nécessaire d'analyser les effets directs et indirects des solutions, pour éviter d'améliorer une segment tout en détériorant d'autres segments, aboutissant à un impact global non amélioré, voire dégradé. L'une des critiques que l'on peut faire à l'écologie politique et au développement durable en entreprise est justement d'établir trop souvent des analyses segmentées, partielles, sans vision globale, et donc généralement inefficaces et parfois même contre-productives. Retrouvez donc ci-dessous des comparaisons utiles pour vous aider à prendre les meilleures décisions...

Emissions de CO2 / kWh produit selon la source initiale d'énergie utilisée...
impact co2 elec par type d'énergie 2.JPG

Source : ADEME

Par ailleurs, les énergies renouvelables ont besoin pour produire 1 kW :

  • D'un espace au sol 1000 x supérieur à celui d'une centrale nucléaire (Source : site internet J-M. Jancovici)

  • De 10 à 100 fois plus de métal (Source : Les Sept Ecologie Luc Ferry)

Mobilité électrique...
impact co2 elec par pays.JPG

Il n'y a pas de mode de transport "0 émission de CO2" comme le prétendent certaines communications. Un véhicule électrique n'émet pas de CO2 en roulant mais utilise de l'électrique produite par une source d'énergie. Les émissions de CO2 d'un véhicule électriques sont donc "indirectes" et dépendent de la source d'énergie utilisée pour produire l'électricité. En France et en Suède, grâce au nucléaire, la réduction des émissions de CO2 en utilisant un véhicule électrique est à son maximum (-78%) alors qu'en Pologne ou en Allemagne, la réduction des émissions de CO2 est moindre, respectivement -23% et -56% comme le montre le tableau comparatif ci-contre.

Source :...

temps de retour d'impact co2.JPG

En phase de production, un véhicule électrique émet davantage de CO2 qu'un véhicule thermique, notamment en raison de la production de sa batterie. Afin d'obtenir un bilan CO2 positif en comparaison d'un véhicule thermique, le véhicule électrique devra rouler environ 30.000 km, soit environ 2 ans de conduite (en France, avec une électricité produite majoritairement par le nucléaire; kilométrage variable selon les modèles de véhicule) pour atteindre le point de basculement et commencer à avoir un rendement CO2 positif. 

Source ...
impact co2 elec par type de mobilité 2.JPG
Source ...

Tableau qui compare l'impact CO2 / km parcouru par mode de transport. Logiquement, les transports collectifs génèrent moins de CO2 que les véhicules particuliers. Quelques surprises, notamment au niveau des trottinettes, généralement considérées comme un mode de transport écologique, mais qui ont un impact CO2 indirect important en raison de leur cycle de vie assez court, des transports nécessaires au redispatch des trottinettes effectués en mode thermique, et du fait que la trottinette ne remplace pas un mode de transport (comme la voiture) mais s'ajoute en se substituant aux transports publics, étant majoritairement utilisée par des personnes urbaines sans voiture.